Le Fils de l’Inde

Classé dans : Sylvie Crossman | 0

Auteur Sylvie Crossman. Roman. Editions du Seuil (mai 2018)

Istanbul, 2010. À la veille de sa mort, une femme livre à sa nièce, la narratrice, quelques paroles énigmatiques sur leur passé familial.

Une figure refait surface, celle d’un grand-père, une ombre portée sur fond de colonisation, au début du siècle précédent, dans l’Inde britannique. Mais qui était vraiment Frederick, ce cavalier ayant servi dans les 1st Royal Dragoons sous les ordres de l’officier Michael Biddulph ? C’est le début d’une enquête, la plongée dans toute une époque qui se dévoile sous nos yeux et sous des latitudes différentes, entre la Turquie et l’Angleterre d’aujourd’hui et les Indes d’autrefois…

On pourrait croire à une fiction classique, sauf que la narratrice s’appelle Sarah Crossman, sa tante Jaklin Crossman, et l’auteure Sylvie Crossman. Alors le roman se révèle autre : la conquête, par des femmes, d’une généalogie imaginaire dans laquelle Frederick, ce « fils de l’Inde », joue le rôle d’un intercesseur décisif.      

Extraits de presse :

« Il y a longtemps que je n’ai pas été atteint de cette façon par une œuvre récente, je veux dire dans le demi-siècle échu. » Frédéric-Jacques Temple, écrivain, poète, ami de Henry Miller et Lawrence Durrell.  

« On pense aux films de David Lean et James Ivory. » Jean-Marie Gavalda, Midi libre.

« Une vérité familiale que seule la fiction peut espérer atteindre. » Florence Bouchy, Le Monde.

« À dévorer. » Pierre Vavasseur, Aujourd’hui en France.

« Fastueux, haletant. » Isabelle de Montvert-Chaussy, Sud-Ouest.

« Une prose sublime. » Anne-Frédérique Hébert-Dolbec, Le Devoir, Montréal.