La Guerre d’Espagne ne fait que commencer.

Classé dans : Jean-Pierre Barou | 0

Auteur Jean-Pierre Barou. Essai. Éditions du Seuil (2015)

On peut enfin comprendre que la guerre d’Espagne fut, comme l’affirma l’écrivain allemand et Prix Nobel de littérature Thomas Mann : « le scandale le plus immonde de l’histoire humaine » ; un « crime contre les revendications de la conscience ».

Le mouvement des Indignés a réveillé ces revendications si peu portées par les livres d’histoire.
L’ouvrage est un retour sur les lieux du crime, contre ce peuple  dont Camus devait dire « qu’il détient quelques uns des secrets royaux que l’Europe cherche désespérément à formuler ».   

Extraits de presse

« Ce texte opère une véritable révolution copernicienne. » Alain Vacquié, Blog Médiapart.

« Jean-Pierre Barou cherche aujourd’hui dans le mouvement des Indignés, populaire en Espagne, et les réinventions de la gauche européenne, des survivances de la révolte contre Franco. », Antoine Louvard, Marianne.

« Un ouvrage salutaire. » Chrystel Jaubert, La Nouvelle Vie ouvrière (organe de la CGT).

« Ce qui intéresse avant tout Jean-Pierre Barou, c’est cette “conscience ouvrière”, ce peuple d’Espagne qui se lève contre son tyran, un peuple soucieux de culture, féministe, épris de liberté, cette “exception espagnole”. » Nicole Gaspon, Le Travailleur catalan.